Le groupe Nouvelle Gauche vote pour les lois de confiance dans la vie politique

 

Dernière lecture à l’Assemblée nationale pour les lois de « confiance dans la vie politique».

 

Le groupe Nouvelle Gauche a voté les projets de lois du Gouvernement pour la confiance dans la vie politique. Ceux-ci s’inscrivent dans la continuité de notre bilan pour la moralisation et la transparence de la vie publique. Tout au long des débats, notre groupe a cherché à améliorer les textes du Gouvernement et bon nombre des avancées contenues dans la réforme sont dues à nos amendements. C’est le cas notamment de l’interdiction pour un député ou un collaborateur parlementaire d’exercer une activité de lobbying.

 

Néanmoins, le groupe Nouvelle Gauche émet certains regrets. Nous déplorons que soient abandonnées les promesses de campagne d’Emmanuel Macron sur le casier judiciaire vierge pour les candidats à une élection ou sur l’incompatibilité entre activité de conseil et mandat parlementaire. De même, nous craignons que la suppression de la réserve parlementaire fasse des victimes parmi les associations dont le financement repose en partie sur cette ressource.

 

Mais au fond, notre principal grief est que cette réforme se focalise uniquement sur les députés et sénateurs. Ce faisant, elle laisse entendre que les mauvaises pratiques sont le propre des parlementaires, ce qui est à la fois faux et dangereux. On est en tout cas loin de la grande loi de moralisation de la vie publique qui était au cœur de l’accord électoral entre François Bayrou et Emmanuel Macron et qui aurait dû s’intéresser aussi à la haute fonction publique et aux grands intérêts économiques.

 

Une réforme donc nécessaire mais loin d’être suffisante, c’est ce qu’a expliqué hier Christophe Bouillon, député de Seine-Maritime à la tribune au nom du groupe Nouvelle Gauche.

 

 

 

RESEAUX SOCIAUX

Facebook